AAC Colloque interdisciplinaire « Les Tontons flingueurs »

6a011168515189970c016763690e1b970b-500wiAppel à communications pour le Colloque interdisciplinaire Les Tontons Flingueurs, organisé à l’Université Paris Sorbonne, les 12 et 13 septembre 2018.

Le but de ce colloque est d’élucider le mystère d’une production, marginale au départ, qui a échappé à l’oubli et est entrée dans la mémoire collective française, dans le cadre d’une approche transdisciplinaire et comparatiste.

Les propositions, de 500 mots maximum, accompagnées d’un CV, doivent être envoyées à fraysseo@aol.com avant le 1er décembre 2017.

Organisation: Olivier Frayssé (Université Paris Sorbonne), Thomas Pillard (Université de la Sorbonne Nouvelle), Olivier Coquard (Lycée Henri IV)

Comité scientifique : Bernard Franco (Université Paris Sorbonne), Olivier Frayssé (Université Paris Sorbonne), Bruno Péquignot (Université de la Sorbonne Nouvelle), Catherine Rudent (Université Paris Sorbonne)

Télécharger l’appel complet en PDF

5472_5289bab5cb54be989cd8e094e6c63c23

Journée d’études « EuropaCorp: une major française »

0001Communication sur « Les films écrits par Luc Besson, vecteurs de l’image de marque d’EuropaCorp: hybridités génériques, stratégies d’internationalisation et innovations progressives », Journée d’études « EuropaCorp: une major française », Université Paris 7, 13 janvier 2017

Les films écrits ou co-écrits par Luc Besson occupent une place centrale dans la gestion par EuropaCorp de son image de marque comme dans les débats suscités par l’essor de ce cinéma de genre dit « à l’américaine ». Pour interroger ces enjeux, nous analyserons l’économie créative de ces films « bessoniens », leurs stratégies d’internationalisation ainsi que leurs réceptions auprès des usagers du site Imdb. Pour cela, nous proposerons une étude générique, culturelle et stratégique, structurée en trois axes : on reviendra d’abord sur les critiques adressées aux récits et productions Besson, telles que l’indigence supposée des scénarios ; nous évoquerons ensuite leurs modes d’écriture et leur positionnement face à Hollywood, en mettant en évidence le savoir-faire et l’originalité qu’ils impliquent ; nous montrerons enfin que leur hybridité s’inscrit dans une stratégie innovante d’optimisation des politiques de production et de fidélisation d’un public toujours plus large et mondialisé autour de la marque « Besson ».

Télécharger le programme

Rétrospective Bertrand Tavernier à Montargis

juge_et_l_assassin250-62acbPrésentation et animation de la rétrospective Bertrand Tavernier organisée par l’association « Les cramés de la bobine » les 3 et 4 décembre 2016 au cinéma AlTiCiné de Montargis.

Programme: L’Horloger de Saint-Paul (1973),  Le Juge et l’assassin (1977), Coup de torchon (1981), La vie et rien d’autre (1989), L. 627 (1992), Laissez passez (2002)

Conférence et table ronde sur le cinéma de Bertrand Tavernier le dimanche 4 décembre à 10h15.

Télécharger le flyer de la rétrospective et lire l’article « Bertrand Tavernier: 6 films pour 40 ans de cinéma ».

AAC Genres en séries n°7 – « Les écrits de la réception »

12088358_1482010702127653_7493658877676394805_nAppel à contribution: n°7 de la revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias – « Les écrits de la réception: pratiques textuelles des publics médiatiques »

Ce n° rassemblera des travaux qui prennent pour objet les pratiques textuelles des publics médiatiques et qui mobilisent, de différentes façons, le prisme du genre (gender) pour sa capacité à éclairer tant les contenus consommés que les discours suscités.

Propositions à envoyer avant le 31 novembre 2016 aux coordinateurs du numéro:

- Sébastien François : sebastien.francois@rocketmail.com

- Thomas Pillard : thomas@pillard.nom.fr

Télécharger l’appel

English version:

Textual Reception – Exploring Audiences’ Writing Practices from a Gender Perspective (special issue of Genre en séries / Gender in Series)

This special issue of Gender in Series aims to gather works dedicated to the analysis of audience’s writing practices through the lens of gender, broadly speaking, to illuminate both the media cultures and the social discourses produced by these specific audiences .

Editors:

- Sébastien François: sebastien.francois@rocketmail.com

- Thomas Pillard: thomas@pillard.nom.fr

Deadline for submissions: November 30, 2016

Full CFP (with additional research directions, references, and practical information)

Colloque « Des scénarios et des livres »

breveon224Communication sur « Les novélisations du Film complet et leurs usages dans les années 1950: presse magazine, cinéphilie ordinaire et enjeux de genre », Colloque international « Des scénarios et des livres », ENS Paris, 45 rue d’Ulm, 13 octobre 2016

Les novélisations publiées par les magazines populaires spécialisés constituent un matériau sous-exploité et pourtant précieux pour tenter de restituer les pratiques sociales liées au cinéma (Carou 2004 ; Sellier 2011), à une époque où la lecture des magazines constituait le vecteur majeur de la cinéphilie ordinaire.

Cette communication vise à illustrer cette idée, à partir de l’étude de cas des récits de films publiés dans Le Film complet dans les années 1950. Elle tentera de montrer qu’il est possible d’étudier conjointement la production et la consommation de ces textes médiatiques, en tant que pratiques éditoriales et cinéphiliques, en les mettant en relation avec les discours tenus sur eux dans le courrier des lecteurs du magazine, aussi bien par le journaliste chargé de modérer les échanges (qui est également un auteur régulier de novélisations) que par les lecteurs/trices.

Télécharger le programme du colloque

Journée d’études « Dans l’intimité des publics »

IRCAV-JE-DansinitimitepublicsBAT.inddJournée d’études « Dans l’intimité des publics: appropriations et usages personnels des images audiovisuelles », organisée avec Delphine Chedaleux et Myriam Juan

Le jeudi 6 octobre 2016, 9h-18h, à la Maison de la Recherche (Salle Athéna), 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Depuis les années 1990 et 2000, des travaux importants, issus d’horizons disciplinaires divers, ont contribué à revisiter l’histoire du cinéma et de la télévision en mettant l’accent sur l’expertise des spectateurs/trices et sur la participation active des publics cinématographiques et audiovisuels. Ces différentes approches ont joué un rôle central dans le développement actuel des études de réception, permettant à la recherche française de commencer à combler le retard sensible pris sur les travaux universitaires anglo-américains dans l’analyse des cultures fan, des jugements amateurs et des expériences spectatorielles ordinaires. À l’heure où les pratiques sociales liées aux écrans sont reconfigurées au sein de la « culture de la convergence », attestant d’une intimité toujours plus forte entre les publics et les images animées, il demeure pourtant peu fréquent d’interroger les usages personnels et les appropriations individuelles de ces images, en plaçant les spectateurs/trices au centre du questionnement analytique. Cette journée d’études vise précisément à adopter une telle démarche et à tracer les contours d’un vaste champ de recherche transmédiatique, du cinéma muet à l’ère du web « 2.0 ». Dans une perspective pluridisciplinaire, il s’agira d’une part de produire des savoirs inédits sur les appropriations intimes des productions audiovisuelles, les émotions qu’elles suscitent ainsi que leurs rôles dans la formation et les évolutions des identités sociales, d’autre part de problématiser les méthodes d’enquêtes (entretien, observation participante, questionnaire) et l’utilisation de nouvelles sources.

Télécharger le programme de la journée d’études

Parution: Raisons politiques (n°62)

RAI_062_L204Article sur « Politiques de la cinéphilie: la parole féminine dans les magazines populaires des années 1950″, dans Keivan Djavadzadeh et Pierre Raboud (dir.), Raisons politiques – revue de théorie politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2016/2, n°62, p. 67-81

Analyser la culture populaire implique de s’intéresser aux rapports que ses usagers entretiennent avec les objets que les industries culturelles produisent et diffusent à leur attention. Dans cette perspective, nous examinerons la réception féminine du cinéma de consommation courante dans les années 1950, à partir d’une analyse du courrier des lecteurs du périodique Le Film complet, un magazine populaire principalement lu par des femmes. Il s’agira de montrer l’essor durant cette période d’une « cinéphilie au féminin » se caractérisant par des dynamiques contre-hégémoniques élaborées en réaction à l’élitisme de la cinéphilie savante, au masculinisme de la production cinématographique ainsi qu’à l’organisation masculine et patriarcale de la société dans son ensemble.

Parution: Tavernier – Un dimanche à la campagne

Undimanche.jpgOuvrage sur Un dimanche à la campagne (Bertrand Tavernier, 1984) publié dans le cadre de l’inscription de ce film au programme des Agrégations internes de Lettres.

Editions Atlande, collection « Clefs concours cinéma ».

Préface de Bertrand Tavernier ; 352 pages.

Résumé :

Adapté de Monsieur Ladmiral va bientôt mourir (1945), “testament littéraire” du romancier et scénariste Pierre Bost, Un dimanche à la campagne occupe une position paradoxale dans la filmographie de Bertrand Tavernier. Reçu de façon globalement très positive à sa sortie en 1984, malgré quelques voix discordantes, le film a paradoxalement souvent été décrit comme un simple exercice de style, un “Tavernier en mode mineur” dénué de l’originalité et de l’ambition de Que la fête commence (1975) ou de Coup de torchon (1981).

Visant à dépasser cette vision réductrice, cet ouvrage s’efforce de restituer les complexités toujours actuelles d’une œuvre sans équivalent dans le paysage cinématographique des années 1980, en la replaçant dans son contexte d’émergence. Il se fonde sur l’étude des archives scénaristiques de Tavernier et adopte une approche pluridisciplinaire associant l’histoire du cinéma, l’histoire de l’art et l’historiographie de la France moderne de 1830 à nos jours. Articulant l’analyse filmique et la contextualisation socio-historique, il propose l’hypothèse qu’Un dimanche se présente à la fois comme une réflexion allégorique sur la création artistique, comme une expérimentation concrète des puissances du cinéma, et comme une réflexion étendue sur le nouveau régime d’historicité issu des mutations du XIXe (dans une acception large du terme : jusqu’en 1914). Dans cette perspective, il déploie un parcours analytique en trois temps. “De l’écrit à l’écran : la fabrique de l’adaptation”, la première partie met en rapport l’œuvre source et l’œuvre seconde, afin d’identifier de quelles façons celle-ci a réélaboré l’esprit, la visée et la portée du roman de Bost, entre restructuration du sens et amplification de l’émotion. Portant sur “L’art et la manière : la petite musique de Tavernier”, la seconde partie remet en cause l’idée que le film serait dénué d’enjeux narratifs et offrirait un “pastiche impressionniste”, en s’intéressant à sa narration lyrique et à son style à contre-courant. Intitulée “D’une fin de siècle à une autre : explorer la discordance des temps”, la dernière partie se risque à analyser la double ambition historiographique de l’œuvre : filmer le passé en tant que présent, penser le présent au miroir du passé. La conclusion interrogera la façon dont Un dimanche mêle l’art, le cinéma et l’Histoire pour ouvrir de larges fenêtres sur la “Terre Promise” de l’imaginaire.Un dimanche à la campagne

Le film noir français: recensions

0001Principales recensions de l’ouvrage Le Film noir français face aux bouleversements de la France d’après-guerre (1946-1960) dans les médias, depuis sa parution en novembre 2014:

  • Michel Ciment, Emission « Projections Privées », France Culture, 27 décembre 2014    

« Un ouvrage remarquable »         

  • Benoît Smith, revue Critikat, décembre 2014

« Un travail édifiant »

  • Jean-Marie Lanlo, Blog Cinéfilic, février 2015

« Un ouvrage de très grande qualité, passionnant d’un bout à l’autre »    

  • Ariane Allard, revue Positif, juin 2015

« Thomas Pillard affiche une belle résolution, doublée d’une rare précision. Cela permet à cet ouvrage très dense de maintenir jusqu’au bout l’intérêt du lecteur »

  • Keith Reader, revue universitaire anglaise French Studies, vol. 69, n°4, août 2015

« Une étude approfondie et scrupuleusement documentée »

  • Achilleas Papakonstantis, revue universitaire Genre en séries, n°2, automne 2015

« ll convient de souligner l’audace et le courage de Thomas Pillard qui s’est lancé dans une entreprise extrêmement complexe et ambitieuse. (…) Nous sommes bien devant un ouvrage imposant, dans tous les sens du terme, riche et touffu, mais d’une écriture serrée et toujours passionnante »

  • Thomas Fourquet, revue Nonfiction, décembre 2015

« Difficile de rendre justice, par ce compte rendu, à une analyse exceptionnellement riche et détaillée, parfois aride comme peuvent l’être les travaux universitaires mais pour le moins stimulante. Utilisant de nombreuses entrées théoriques fournies notamment par les star studies et les gender studies, l’auteur a construit un cadre d’interprétation à la fois fort et subtil, fondé sur une connaissance intime de son objet »

Colloque « L’Age des stars: des images à l’épreuve du vieillissement »

image-0001Communication sur « Jack Nicholson et les ‘comédies du vieillissement’ (1997-2010) : que devient le ‘mâle américain moderne’ après 60 ans? », Colloque international « L’âge des stars: des images à l’épreuve du vieillissement », Université Bordeaux Montaigne, 6-7 juillet 2015

Devenu une star à l’âge de 32 ans grâce à Easy Rider en 1969, Jack Nicholson a toujours été associé à une image de jeunesse et de vitalité (Peberdy 2013) ainsi qu’aux valeurs de rébellion et de modernité attachées à la contre-culture.
Cette communication interrogera le « devenir vieux » d’une persona souvent décrite comme immuable, en s’intéressant à un ensemble de films réalisés entre 1997 et 2010, qui marquent une double rupture dans sa filmographie : d’une part, Nicholson a brusquement choisi au tournant des années 2000 de privilégier la comédie au détriment du drame ; d’autre part, cette réorientation générique a été progressivement mise à profit par l’acteur pour se regarder vieillir, quoique de manière diversement affirmée, parfois biaisée et toujours ambivalente.
Pour comprendre les enjeux de ces « comédies du vieillissement », nous analyserons la reconfiguration de l’image de la star qu’elles proposent, en la mettant en rapport avec l’évolution de la médiatisation de sa personnalité publique via une étude des discours tenus sur Nicholson dans la presse américaine. En particulier, on s’intéressera aux incidences de la métamorphose de « Jack » en tant que star/personnage subitement confronté à sa vieillesse, sur les trois aspects fondateurs de sa persona : la masculinité, l’américanité et la modernité. Que devient « le mâle américain moderne » (McDougal 2008) après 60 ans ?8443144373_ddd0653a25_b